lundi 22 août 2016

Sabrina (2)

Je reviens sur ce nouveau grimpant planté en mars, j'en avais fais un article ici et Monsieur Mathias Meilland l'avait complété par son commentaire.

Annoncé 250 cm/300 cm de haut il fait actuellement 80 cm et au rythme où il grimpe en fonction des jours de chaleur je pense que pour la fin de l'année il pourrait atteindre 120 cm.  Pour le voir fleurir je l'ai souvent arrosé (10 litres chaque semaine), mis du compost et de l'engrais.  Le démarrage fut un peu lent, quelques roses avortées sous la pluie,  trop faibles vu leur jeunesse pour résister aux déluges du printemps.  Depuis la mi juillet il semble vouloir s'imposer et a bénéficié d'un peu plus d'ensoleillement.



Les roses sont annoncées au diamètre 8 cm mais pour sa première année elles n'atteignent que 5 cm, ce n'est pas grave en soi et s'arrangera bien vite.  Par contre je suis sous le charme de ses merveilleux coloris crème/abricot, la rose tient longtemps et je pense que le rosier sera très florifère l'an prochain, d'ailleurs cette année il tente déjà à le prouver.

J'aime le bouton qui s'ouvre tendrement,

la rose qui est à croquer, un tutu de danseuse....



et puis la fanaison n'est pas vilaine, ce qui est appréciable.


Pour l'instant aucun regret, le feuillage est sain et beau, les roses se tiennent droites, le parfum est vraiment léger cette année, assez rare je l'avoue, l'an prochain me permettra d'être plus objective sur ses qualités et défauts.

J'espère que ce rosier sera bien vite sur le marché belge et français car il est le compagnon idéal des petits jardins, terrasses et balcons.

A pluche !

Siam


dimanche 21 août 2016

C'est pas encore fini mais on touche au but

Superbe temps hier, que du soleil et un léger vent et ce fut appréciable pour la pose de la palissade.

Je ne vous la montre pas encore en plan large, vous la découvrirez lorsque tout sera terminé car il faut ajouter les deux couches d'huile de protection, les boules en bois ainsi que les éléments de décoration, une période de chaleur est annoncée qui nous permettra peut-être de terminer le travail la semaine prochaine.  Mais quel changement au jardin dont je projette à présent exactement l'espace en me réjouissant des photos que je vais enfin pouvoir prendre suivant l'angle que je choisirai. La difficulté du travail fut donnée par la dénivellation du terrain, les panneaux sont couplés deux par deux pour la hauteur, les suivants (toujours deux par deux) sont 12 cm plus bas et ainsi de suite, accordant à l'ensemble un certain charme.

Allez juste un cliché pour vous rendre compte combien le rosier "Pretty Sunrise" a de l'allure devant elle.



J'ai eu le temps hier, pendant que mon époux et mon fils s'occupaient des travaux, de commencer à nettoyer une partie du jardin et j'en ai profité pour prendre quelques photos, j'ai fais un tri car 200 en une fois c'est impossible  à visionner.

 Aloha
 Anémone Pamina
 Vick's Caprice

 Sister Elizabeth
 Madame Ernest Calvat
Whisley 2008
 Alnwick Castle

 Vanilla Twilight
 Jubilee Celebration
Marie-Lousie Velge
Summer Song


Bon dimanche à tous.

A pluche !

Siam


jeudi 18 août 2016

Toujours "le coeur à l'ouvrage"

Je m'en souviendrai de cette période estivale !

Après le déblaiement du Cèdre tombé suite à la tempête aussi bien dans notre jardin que celui de la voisine, l'étape ultime est bien entendu la pose de la nouvelle séparation des deux jardins.  Ce travail étant prévu ce week-end (je croise les doigts pour que la météo soit clémente) il restait, pour que tout soit net et facile d'entretien à nous atteler à la partie "Réserve de bois/Logement des chats".

Deux abris côte à côte avec une petite place pour la niche des chats (en fait c'est une grande niche de chien qui sert d'abri au(x) retardadaire(s) qui préfère(nt) passer la nuit dehors) qui contient surtout le bois de chauffage.  

Je n'ai pas pris de photo de l'endroit avant les travaux mais il faut savoir que devant ces deux abris courait une haie bien piquante qui finalement était fournie sur le haut mais totalement dégarnie sur le bas, elle devait bien avoir 25 ans. 
Voici une vue du rosier Open Arms, à la droite vous pouvez apercevoir cette haie.


Le problème se trouvait dans la difficulté d'accéder au bois sans se faire piquer ou devoir se contusionner pour faire les choix.  Moi j'en ai eu marre, c'est plus de mon âge !  et puis pour être honnête les araignées couraient partout et même dans la niche des chats.  Alors exit la haie, la partie gauche réservée au bois et la droite aux chats !

Tout le bois fut enlevé, ce n'était pas du luxe car il s'y trouve depuis 2006, c'est en majorité du chêne et de l'acacias.  Avec une brosse nous avons nettoyé chaque bûche,  brossé le sol, refixé les bâches et remis tout en place, j'avoue que le résultat valait bien les six heures de travail.... sous le soleil, sans vent.  Je vous fais grâce des araignées qui ont toutes passé l'arme à gauche, des mastelles (expression belge qui signifie "grandes") pas possible et des toiles à n'en plus finir.
Voilà c'est mieux non ?


La partie droite est réservée pour les chats, je me suis procurée en jardinerie deux planchers d'un mètre carré que nous avons posés sur une bâche en plastique après avoir nettoyé le sol et refixé à l'aide de grandes U les toiles latérales au sol.  
Juste un petit passage pour leur permettre l'accès et une bâche qui empêche le vent ou la pluie de faire du carnage, c'est pas le grand luxe mais au moins c'est un endroit à eux, à l'abri des sautes d'humeurs météorologiques.  Facile d'accès aussi pour changer les couettes (ces cadeaux 3 Suisses dont on ne sait que faire....)  et vérifier par la même occasion si des insectes y ont fait intrusion.




Les six souches de la haie vont être détruites à l'aide d'un produit adéquat, il suffit d'y forer quelques trous et injecter le produit, comme ce produit est néfaste pour les chats nous avons posé au dessus les échelles qui empêchent tout contact, nous n'avons plus la force d'enlever ces souches, ras le bol !


En attendant le jardin est un peu laissé à lui même, septembre sera une meilleure période pour lui, j'aurai enfin du temps à lui consacrer.  




Je n'ai plus la force de regarder la T.V. ou m'attarder sur l'ordi, le soir j'ai besoin de me relaxer en écoutant de la musique.  Lorsque tout sera terminé je me promets de reprendre la natation, les photos, la cuisine et le jardinage, sans oublier les promenades.  En attendant il reste du pain sur la planche.....
Pfff, on dit que ce sont les derniers 100 mètres les plus difficiles, je confirme !




Sorry pour mes nombreuses absences sur le Web, ça ira mieux demain.

A pluche !


Siam

vendredi 12 août 2016

Zolie pupuce ...

Allez je vous présente aujourd'hui une p'tite puce, ZOE.


C'est la nouvelle compagne de la voisine qui dès sa maison quittée se précipite chez nous pour venir taquiner les chats, jouer à cache-cache sous les graminées, respirer les fleurs ou s'énerver sur la balle.





Mes chats d'habitude plutôt malabars deviennent face à elle de vulgaires grands dadais qui filent comme une flèche dès qu'elle leur file le train.   Et oui "une p'tite bête n'a pas peur d'une grosse" et j'ai l'impression que celle-ci les a vite mis au pas.  Javoul !


A pluche !


Siam

jeudi 11 août 2016

Rosier Juliana von Stolberg (2)

Quelle histoire avec cette Juliana, un vrai fantôme qui apparaît et disparaît, si croyez moi ça existe aussi pour les roses.

J'ai déjà abordé son histoire sur le blog 
(18.09.2014 "La belle Juliana" - rosiers Moschatas) 





mais je la complète ici.

Pour rappel :

J'ai l'habitude de surfer sur les forums allemands et comme l'hiver peut être rigoureux chez eux je prends bonne note des informations quant à la résistance des chers rosiers.  C'est là que j'ai découvert la Juliana en question, présentée comme "grimpant" dont certains exemplaires ne renieraient pas les petites lianes.  Bien entendu les photos présentent des sujets âgés d'au moins cinq ans, un vrai bonheur tout en fleurs !  je suis tombée sous le charme.

J'ai appris que Monsieur Louis Lens (1924-2001) avait offert ce rosier, sans nom au départ,  à la famille von Stolberg pour commémorer les 500 ans de la naissance de la Comtesse (1506-1580), ancêtre de la famille régnante des Pays-Bas.  Monsieur Lens ne l'a pas commercialisée en Belgique mais Sangerhausen s'en est occupé sous son nom actuel et voilà pourquoi les allemands l'ont dans leur jardin.

En discutant avec  Madame Anne Velle-Boudolf (qui a repris la pépinière avec son époux Rudy), j'ai voulu savoir pourquoi ce rosier était à la traîne chez nous.  Elle m'a informée qu'en son temps Louis Lens avait préféré la production de Rush (un des parents du rosier Juliana).  Oui il existe bien un exemplaire dans la pépinière, sous forme arbustive !  Finalement il fut décidé de la remettre au goût du jour.  J'ai donc attendu deux  ans pour avoir ce rosier et en début d'année 2016 il était proposé au catalogue, je ne le trouve plus actuellement peut-être est il épuisé, il faudra donc attendre encore un peu pour s'en procurer ou alors est il abandonné ?

Il est planté chez moi depuis décembre 2014, une toute petite racine nue qui a vite grandit, notamment ces dernières semaines avec les pluies intenses..  On le classe soit comme arbustif, soit comme grimpant, en ce qui me concerne je lui trouve plus du grimpant car il file rapidement, allez donc couper dans les longues tiges dont l'extrémité est couverte de fleurs pour lui redonner de bonnes dimensions, impossible.

Il était temps chez moi de prendre une décision, tout recouper (pour rapidement devoir recommencer) ou lui offrir un support.




Le choix est fait, j'aurais du ajouter ce support au printemps, abîmant moins les floraisons lors de la mise en place mais ce n'est pas grave, l'an prochain il sera superbe.  La structure de la pyramide est fixée au sol par deux tiges de métal s'enfonçant sur 70 cm, histoire que les vents parfois violents ne viennent tout gâcher.

Voici mon avis stricto perso : Rush est superbe, Juliana magnifique avec une rose bien plus grande (première année Ø 5 cm - ensuite Ø 8 cm), tout aussi florifères l'un que l'autre.



************
Ce rosier est un hybride de Multiflora,
créé par Louis Lens avant 1999, sans nom
introduit en 2006 par Sangerhausen sous le nom "Juliana von Stolberg",
introduit au catalogue des Pépinières Lens en 2016
 sous la même dénomination (greffage sur l'original),
de ton rose et crème (le ton peut être clair ou très intense),
peu de parfum et très attirant pour les insectes volants,
feuillage superbe qui ne se dégarni pas au pied, aucune maladie jusqu'à présent.
Quelle classe ce rosier....
************



Ce rosier étant assez difficile à se procurer l'article suscitera peu de commentaires mais je souhaitais avant tout vous faire découvrir une merveille.

A pluche !


Siam

samedi 6 août 2016

Un nouvel îlot

Pas à pas, le jardin retrouve son équilibre, j'en suis fort aise et j'aspire le mois de septembre pour qu'enfin les travaux soient terminés.  Après le 15 août la palissade nous sera livrée et un week-end ne sera pas de trop pour la placer, il faudra ensuite laisser sécher le bois (si besoin est) et profiter de quelques beaux jours pour ajouter l'huile de protection. 
Ne reste qu'à passer commande de la corde décorative (qui sera d'un ton vert véronèse), ce qui ne saurait tarder, enfin lorsque le représentant sera de retour de vacances.


En attendant nous nous sommes attelés au centre du jardin, au trou laissé par la chute de l'arbre. 



D'un commun accord nous avons décidé d'élargir l'espace et en profiter pour enlever deux rosiers qui se trouvaient en pot, repositionner les heuchères  qui garnissaient le pied du Cèdre et ajouter quelques touches colorées.
Voici donc ce que nous avions..... un trou, le rosier "Nigrette" en pot (qui demande l'ombre) et l'hydrangea "Incredible" qui en est à sa seconde année.


Avant tout chose il fallait enlever le maximum de bois restant au sol en dégageant la terre pour permettre à la tronçonneuse de travailler efficacement.


Etape suivante, enlever la pelouse et créer l'îlot, ajouter les trois rosiers : "Nigrette"(1), "Madame Lebrun de St Osmane" (3)  (bye-bye les pots) et "Carisma" (2), le petit dernier de chez Casteels Rozen, donc un rosier foncé à fleurs moyennes, un clair à petites fleurs et un fushia à grosses fleurs.







Ensuite placer sur l'endroit de la souche cette épaisse coupe que nous avons réservée lors de l'élagage, ajouter par dessus la souche d'acacias (qui a maintenant 10 ans) et enfin  "May-li", une place faite pour elle et qui sait la mettre en valeur.


Un petit tour en jardinerie, vite fait bien fait, où j'ai ramené un Perovskia  "Little Spire", une anémone du Japon "Honorine Jobert" et enfin une vivace nouvelle d'un beau ton mauve "Stokesia laevis Mels Blue", tous trois placés à la gauche de l'îlot, jouxtant le rosier foncé et l'hydrangea blanc.  Par contre à la droite, près du rosier à petites fleurs j'ai inclus le geum "Flames of Passion", récupéré au fond du jardin, des floraisons assurées d'avril à octobre.



Avec un léger recul voici ce que cela donne.....



 


et Mouchou, très intéressée, a fait ses approches de Siou pour repérer le "truc" qui se trouve au milieu de sa pelouse dont il va falloir à présent nous occuper car l'endroit où s'est couché le tronc laisse la terre apparente, bécher, ressemer et attendre que les séquelles de la tempête soient enfin effacées.




C'est quand mes vacances ????

A pluche !


Siam